Pages

Réalité augmentée Apple vs Samsung & The Wakanda fever



On a beaucoup parlé de la réalité virtuel qui consiste à immerger l’utilisateur dans un monde virtuel. La réalité augmentée c’est tout le contraire car les entités virtuelles sont désormais incrustés on ne cherche plus à immerger l'utilisateur mais plutôt d'intégrer de façon réaliste des objets virtuels dans sa vision du monde, perçu à travers la caméra de son smartphone ou ses lunettes de réalité augmentée Hololense de microsoft.
Les applications de réalité augmentée sont multiples et touchent de plus en plus de domaines, tels que les jeux vidéo, l'éducation par le jeu, les chasses au trésor virtuelles, le cinéma et la télévision ,les industries conception, design, pilotage, robotique et même le champ médical
Tout cela semble assez technique mais  en réalité on l’utilise déjà tous sur snapchat avec les Bitmodji.

Chez Apple la réalité augmentée c'est l’expérience directe, accompagner d’applications innovantes. Apple intègre la réalité augmenté dans ces devices afin que vous puissiez tester “en vrai” tout ce qui vous passe par la tête, ou presque. aménager des meubles virtuels dans votre maison,   faire voler des papillons dans votre salon, vous accompagnez d’un tyrannosaure lors d’une promenade. C’est désormais possible.
Décomposer la mécanique complexe d’un moteur de voiture, ou analysez les os les plus infimes du corps humain sans opérer la moindre incision.
Les possibilités d’apprentissage sont sans limites.

La marque de la pomme à toujours privilégié la réalité augmentée au détriment de la réalité virtuelle un choix qui semble s'avérer payant vu que Samsung pionnier de la réalité virtuel se lance dans ce secteur avec le s9 et les AR animoji.
Vous avez désormais la possibilité de créer votre avatar de le faire bouger à travers vos gestes et ainsi envoyer des messages un peu plus animés.
Créer son propre environnement ainsi que son propre personnage virtuel est désormais possible.
Les innovations repoussent de plus en plus les limites et la technologie comme la réalité augmentée nous permet aujourd'hui de voir le monde un peu comme on le souhaite.






Comme nous l’avons soulevé dans notre dernière émission, la relation entre fiction et innovation est très étroite.
Pour nous, l’innovation technologique découle très souvent de l’influence d’histoires, de personnages super puissants ou d'environnements imaginaires qui naissent en général dans le monde du cinéma.
C’est à partir de ces modèles, que s’inspirent  justement de nouvelles inventions qui pourront faciliter et améliorer notre quotidien.
Nous nous étions aussi posée la question à savoir ou nous en étions, nous africains dans ce processus créatif.
Cette année, l’afrique a été mis au devant de la scène internationale
a travers le film Black Panther.

Un film de super-héros américain coécrit et réalisé par Ryan Coogler, adapté aux personnages de Marvel Comics. C'est le 18e film de l'univers cinématographique Marvel. Le film, un mois seulement après sa sortie, dépasse le milliard de recettes et devient ainsi le 7em long métrage le plus lucratif de tous les temps et le mouvement wakanda qui l’accompagne ne cesse de s'amplifier chaque jour sur la toile, influençant la mode, l’Art ou encore le monde des jouets et des jeux vidéos.

Black Panther, a de particulier, le fait qu’il donne au super héros afro, le rôle et l’environnement qu’il attend depuis toujours. En effet, par un casting de qualité, des rites, costumes et cérémonies mis en scène dans le respect du symbolisme afro, par un choix de sonorités, chants et musiques riches de leur source africaine, le réalisateur a apporté une vivacité et un réalisme qui n’existait pas dans la Bande dessinée d’origine. Les gadgets futuristes mis en scène et leur méthode d’utilisation par les différents protagonistes du film, sont imprégnés d’analogies se référant aux coutumes et modes de vies de nombreuses populations africaines.
Une réalisation qui est de hollywood, je le rappelle et qui est distribuée par les studios Disneys. Baba maal qui a prêté sa voix au film, a partagé par rapport au film je cite:
“Il était temps que ce que nous partageons avec le monde soit développé ici”.
Aujourd'hui, que nous manque-t il vraiment pour produire des réalisations de ce genre qui boosterait sans aucun doute l’innovation technologique dans nos pays?
Bien entendu, il y a le manque de moyen, (le budget de Black Panther s’élève quand même à 200 millions de dollars américains). Mais, il y a aussi un problème d’orientation de nos institutions culturelles. Black Panther selon Ryan Coogler est
« le résultat de nombreuses et longues recherches sur l’Afrique et le mode de vie de ses population»
il a donc fallu au réalisateur américain, de consulter toute la documentation qu’il pouvait avoir sous la main, pour être sûr de bien faire son film. Ici nous avons un problème d’information d’abord. La documentation existe pourtant, mais le problème reste la mise en valeur et la promotion de ces informations par les institutions culturelles en charge et qui, pour l’instant, mettent surtout l’accent sur la gestion et l a protection de ce patrimoine. Ce n’est pas plus mal, mais la culture, pour survivre, a besoin de rester vivante.  

Sorwa diop

Phasellus facilisis convallis metus, ut imperdiet augue auctor nec. Duis at velit id augue lobortis porta. Sed varius, enim accumsan aliquam tincidunt, tortor urna vulputate quam, eget finibus urna est in augue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire